ASSOCIATION DES REGISTRAIRES DES
UNIVERSITÉS ET COLLÈGES DU CANADA

Arguments en faveur du changement pour venir en appui aux étudiants

Amener des changements qui comptent pour les étudiants et pour les établissements d’enseignement postsecondaire canadiens

Un réseau national d’échange de données, un guichet unique qui permet l’échange de diplômes d’études postsecondaires, qui soutient la mobilité étudiante et qui favorise la mobilité sociale, l’internationalisation, la formation continue, la mobilité professionnelle et la préparation de la main d’œuvre.

pdfBrochure mobilité sociale ARUCC

Mobilité sociale

Une composante clé du projet national d’échange de données est l’amélioration des services pour faciliter l’accès des étudiants aux établissements d’enseignement postsecondaire à l’intérieur, au-delà et entre les établissements canadiens. La mobilité sociale comprend l’accompagnement des étudiants et de leurs familles lors de changements de statut social au cours du temps.[1] Une étude réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a conclu que « …le manque de mobilité sociale peut saper les bases de la croissance économique » et que « la mobilité sociale a une influence directe sur le sentiment d’avoir voix au chapitre, au niveau national ».[2]

L’élimination des obstacles et l’optimisation du partage continu et sécuritaire des diplômes d’études et des titres de compétence professionnelle entre les établissements d’enseignement postsecondaire canadiens contribue directement à la mobilité sociale, à la diversité, à l’équité sociale et aux débouchés économiques.

Mobilité étudiante

La mobilité étudiante et la mobilité sociale sont interreliées. De plus en plus d’étudiants optent pour le transfert d’un établissement postsecondaire vers un autre à l’intérieur des provinces ou territoires du Canada, ou vers un autre pays, en vue de vivre une expérience d’études à l’étranger et d’atteindre leurs objectifs éducatifs, sociaux et professionnels. La mobilité étudiante est clairement manifestée par le nombre grandissant d’étudiants provenant d’autres pays qui choisissent un établissement d’enseignement postsecondaire canadien. Les collèges, les instituts et les universités du Canada collaborent de façon accrue pour offrir aux étudiants une multitude de parcours leur permettant d’atteindre leurs objectifs éducatifs et professionnels.[3] Un universitaire sur 10 franchit les frontières d’une province dans le cadre de sa formation universitaire.[4]

Un service transparent d’échange électronique de diplômes représente une avancée importante pour soutenir les étudiants et réduire les obstacles à l’accès.


Le Conseil des ministres de l’éducation (Canada) (CMEC) met l’accent sur les priorités qui favorisent la mobilité étudiante; soutient les pratiques exemplaires en lien avec l’évaluation et la reconnaissance des diplômes d’études; et, avec le soutien du Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux (CICDI), veille à ce que l’enseignement supérieur réponde aux obligations du Canada aux termes de la Convention de Lisbonne.[5] Le gouvernement fédéral a ratifié cette Convention en 2018, démontrant ainsi son engagement à améliorer la mobilité par le biais de mécanismes tels que la transparence et les pratiques d’assurance de la qualité.[6] Accroître la mobilité étudiante est également une priorité pour Universités Canada et Collèges et instituts Canada.[7] Les deux groupes ont formellement endossé le projet national d’échange de données, qui vise à créer une connectivité transparente entre les établissements d’enseignement postsecondaire et des établissements et organisations locales et internationales fiables pour une reconnaissance de qualité des diplômes d’études et l’échange électronique de documents d’études, en soutien aux étudiants.

 

CMEC priorities FR 2019 05 14

La création d’un réseau national d’échange de données étudiantes, une source centralisée pour l’échange de documents d’études du secteur postsecondaire au Canada, recoupe les priorités du Conseil des ministres de l’éducation (Canada), de Universités Canada et de Collèges et instituts Canada.

Les établissements d’enseignement postsecondaire canadiens et nos étudiants ont besoin d’une meilleure capacité à l’échelle nationale pour favoriser la mobilité étudiante.

Mobilité internationale

Les étudiants canadiens qui étudient à l’étranger doivent être outillés et encouragés à obtenir les compétences et aptitudes requises pour relever les défis offerts par les changements à la nature du travail et par la transformation de l’économie mondiale.[8] Pour permettre des processus évolutifs de reconnaissance de crédits, il est indispensable de mettre en place des connexions intégrées et fiables avec des partenaires internationaux. Un accès efficace aux relevés de notes et une amélioration des processus de reconnaissance des crédits serviront à réduire les obstacles à la participation.

Il est prévu que la majoration de 47 % dans le nombre d’étudiants étrangers venus étudier au Canada, entre 2015 et 2018, ira en augmentant.[9] Des cadres de soutien transformationnels pour l’échange de données étudiantes sont nécessaires pour pouvoir assurer des admissions et des pratiques d’évaluation des transferts efficaces. Des entrepôts internationaux fiables de titres de compétences existent en Inde et en Chine. Ces deux pays constituent les plus grandes sources d’étudiants étrangers du secteur postsecondaire au Canada. Combinés, ils représentent plus de 50 % de la population totale qui étudie dans nos établissements d’enseignement.[10] Selon des recherches effectuées pour l’ARUCC il existe des entrepôts similaires ainsi que des organismes de vérification ailleurs dans le monde.

Les établissements d’enseignement postsecondaire canadiens doivent établir des liens avec ces fournisseurs du monde entier et ainsi améliorer la qualité et la rapidité des services pour les étudiants.

Global Map French 2019 05 14 version from july 2018

La création de liens avec des fournisseurs fiables dans d’autres pays servira à encourager les études à l’étranger et à optimiser l’analyse des demandes d’admission et de transferts à plus grande échelle pour les étudiants internationaux.

Mobilité professionnelle et préparation au marché du travail

Favoriser la transition vers la vie professionnelle en offrant aux étudiants la possibilité de consulter et de gérer leurs propres documents d’études officiels sert à éliminer les obstacles qui entravent l’accès aux professions règlementées et à l’emploi. L’OCDE souligne que « […] dans un monde du travail en évolution rapide marqué par la mondialisation, par le passage au numérique et par l’évolution démographique, la formation permanente est encore plus indispensable…. »[11] Promouvoir la numérisation et la portabilité des titres et des diplômes favorise la mobilité professionnelle et la formation continue et soutient les étudiants alors qu’ils poursuivent leur carrière.

Les étudiants qui transfèrent d’un établissement vers un autre sont en général âgés de plus de 24 ans[12] et réfléchissent à leur parcours de vie et d’études. À mesure que le marché du travail évolue, le recyclage professionnel et le perfectionnement deviennent essentiels pour assurer la viabilité de la main d’œuvre.

Il est important de mettre en place des conditions pour améliorer la mobilité professionnelle et l’accès, notamment en éliminant les obstacles à l’échange des titres et en améliorant la flexibilité des services, particulièrement en ce qui concerne les étudiants plus âgés et les autochtones pour qui les possibilités éducatives se situent en-dehors de leurs régions.

Le projet national d’échange de données réduira les écarts

Les recherches de l’ARUCC indiquent qu’il y a des écarts importants en ce qui a trait aux capacités d’échange de données informatisées à l’échelle nationale. La communauté affirme que nous devons en faire plus pour appuyer la mobilité étudiante, améliorer l’efficacité des établissements et lutter contre la fraude documentaire.

  • La plupart des échanges informatisés de documents d’études, en vue d’un accès à des établissements d’enseignement postsecondaire canadiens, se limitent à des provinces spécifiques. Lorsqu’ils existent, ils portent sur les formalités initiales de la demande d’admission et sur les transferts intraprovinciaux de relevés de notes.
  • Seuls quelques centres d’admission et un petit nombre d’établissements s’engagent, de façon limitée, dans des échanges électroniques interprovinciaux. Ce n’est qu’un petit sous-ensemble qui entretient des relations établies avec des organisations internationales.
  • De nombreux établissements recourent au traitement manuel des demandes de transferts vers un établissement canadien ou vers un établissement à l’extérieur du pays.
  • Des écarts importants existent en ce qui a trait au soutien offert aux étudiants étrangers qui viennent étudier au Canada. Il y a peu de connexions établies avec des dépôts fiables de titres en-dehors du Canada, ce qui gêne l’échange efficace et rapide de documents d’études. En conséquence, le fardeau est plus lourd et les processus moins efficaces, autant pour les étudiants que pour les établissements d’enseignement supérieur au Canada.
  • Les fraudes documentaires et identitaires liées aux études sont en hausse.[13] Parmi les risques et les enjeux se trouvent l’érosion de l’image de marque de l’enseignement supérieur au Canada, la perte d’inscriptions et de revenus et la dégradation du service aux étudiants.
  • Des augmentations de volumes sur tous les fronts touchent les établissements d’enseignement postsecondaire canadiens et causent des délais, des manques d’efficacité et des frustrations, ce qui affecte négativement les étudiants.
  1. Permis d’études pour étudiants étrangers : hausse de 47 % de 2015 à 2018 (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada)
  2. Étudiants diplômés : hausse de 11 % de 2012 à 2016 (Statistiques Canada)
  3. Confirmation du statut étudiant dans les établissements d’attache – par ex. : hausse de 37 % des demandes en lien avec les REÉÉ depuis l’implantation du programme (Emploi et Développement social Canada) 
La communauté de l’enseignement supérieur doit travailler de concert avec les organisations partenaires et les gouvernements pour aplanir les disparités et offrir un soutien qui évolue en fonction de la mobilité étudiante d’aujourd’hui et de demain.

Gaps FR 2019 05 15 from July 2018 research

Il est de l’intérêt des étudiants, des établissements, des gouvernements et des organisations partenaires d’établir des connexions fiables pour l’échange de documents d’études officiels. Parmi les avantages : le soutien à la mobilité étudiante, une meilleure efficacité pour les étudiants, pour les établissements et pour les organisations partenaires, ainsi que des économies potentielles.

Nous travaillons en partenariat pour soutenir la mobilité étudiante d’aujourd’hui et de demain.

Références bibliographiques

[1] Mobilité sociale, Wikipédia, [En ligne] [https://fr.wikipedia.org/wiki/Mobilité_sociale]. 
[2] OCDE (2019), p 27-28, L’ascenseur social en panne? Comment promouvoir la mobilité sociale, Éditions OCDE, Paris. [En ligne] [https://doi.org/10.1787/bc38f798-fr]. 
[3] Universités Canada, (janvier 2016), Universités et collèges collaborent à la réussite des étudiants. [En ligne] [https://www.univcan.ca/fr/salle-de-presse/communiques-de-presse/universites-et-colleges-collaborent-a-la-reussite-des-etudiants/]. 
[4] Universités Canada, (s. d.), Statistiques. [En ligne] [https://www.univcan.ca/fr/universites/statistiques/]. 
[5] Conseil des ministres de l’éducation (Canada), 2017-21. Plan stratégique du CMEC 2017-21. [En ligne] [https://www.cmec.ca/docs/SPlan_CMEC_FR.pdf]. 
[6] La Convention de Lisbonne sur la reconnaissance, 1999-2019. Un aperçu de la Convention de Lisbonne sur la reconnaissance. [En ligne]  https://www.cicdi.ca/1402/un_apercu_de_la_convention_de_lisbonne_sur_la_reconnaissance.canada]. 
[7] Universités Canada, (s. d.). Études à l’étranger. [En ligne] [https://www.univcan.ca/fr/priorites/etudes-a-letranger/] et Collèges et instituts Canada, (s. d.). Mobilité étudiante. [En ligne] [https://www.collegesinstitutes.ca/fr/les-enjeux/transferabilite/]. 
[8] Rapport du Groupe d’étude sur l’éducation mondiale, (novembre 2017). Éducation Mondiale pour les Canadiens – Outiller les jeunes Canadiens pour leur réussite au Canada et à l’étranger, [En ligne] [http://education-mondiale.ca/].  
[9] Données de permis d’études extraites de : Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Résidents temporaires : Détenteurs de Permis d’étude. [En ligne] [https://ouvert.canada.ca/data/fr/dataset/90115b00-f9b8-49e8-afa3-b4cff8facaee]. 
[10] [En ligne] [https://thepienews.com/news/another-double-digit-growth-for-canada-with-india-overtaking-china-ircc/] (Consulté le 18 février 2019). 
[11] OCDE (2019), p. 62, L’ascenseur social en panne? Comment promouvoir la mobilité sociale, Éditions OCDE, Paris. [En ligne] [https://doi.org/10.1787/bc38f798-fr]. 
[12] Heath, N. (2012), Student Mobility in Canada, Consortium pancanadien sur les admissions et les transferts. [En ligne] [https://pccatweb.org/media/1244/pccat_mainreport_final-en-full-document-with-logos.pdf]. 
[13] WENR, [En ligne] [https://wenr.wes.org/2017/12/academic-fraud-corruption-and-implications-for-credential-assessment]; Association des banquiers canadiens, [En ligne] [https://cba.ca/embracing-digital-id-in-canada?l=fr]

Gouvernance

Gouvernance du Projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante

La direction du projet

Le projet relève de l’ARUCC et est dirigé par le Comité directeur de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante. L’ARUCC est une entité distincte qui représente des collèges, des universités et d’autres établissements de partout au Canada.

Des représentants de l’ARUCC, du CPCAT, de CUCCIO et du CanPESC siègent au Comité directeur du projet, de même qu’un représentant d’une région du Canada qui n’est pas présentement outillée en termes d’échange de données. 

La compétence du Comité est détaillée dans le mandat du Comité directeur; ce mandat a été révisé et approuvé par l’ARUCC. Le Comité est présidé par Charmaine Hack, (ancienne présidente de l’ARUCC de 2016 à 2018 et registraire de Ryerson University), et vice présidé par le Dr Rob Fleming (membre du conseil du CPCAT et directeur général du British Columbia Council on Admissions & Transfer).

Lors du congrès biennal de juin 2018, les membres de l’ARUCC qui étaient présents ont formellement adopté la feuille de route et les priorités du Projet. Les membres ont indiqué que l’ARUCC devrait poursuivre les objectifs suivants :

  • Continuer à exploreret à élaborer un modèle d’échange de données canadien. 
  • Intégrer ces avantages essentiels dans le modèle : 
    • améliorer le service aux étudiants;
    • promouvoir la mobilité étudiante par le biais d’un échange fiable de données électroniques; 
    • favoriser un dialogue national à propos de la réussite et de la mobilité étudiante; 
    • assurer une harmonie avec les objectifs nationaux et internationaux d’autres établissements canadiens postsecondaires ou organismes d’accès aux études.
  • Créer un modèle de gouvernance pour le projet, qui relève de l’ARUCC – d’où la création du Comité directeur du projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante.

Le Comité directeur se rencontre deux fois par mois et est chargé de diriger tous les aspects du projet, incluant la gestion d’une demande de propositions pour une solution nationale et l’élaboration d’un plan de mise en œuvre ainsi que d’un cadre de gouvernance à long terme pour le réseau national d’échange de données.

Le cadre de soutien

Joanne Duklas de Duklas Cornerstone Consulting, ancienne registraire et ex-présidente de l’ARUCC (2012), agit en tant que Consultante principale du Projet. Joanne et son équipe fournissent un soutien stratégique et opérationnel au Projet.

McPherson Management offre au Projet un soutien financier et opérationnel additionnel.  

Le Comité directeur met en place d’autres sous-comités, selon les besoins et les phases du Projet. Au fur et à mesure que des comités ou des groupes de travail supplémentaires sont mis sur pied, l’information sera publiée sur cette page.

De l’expertise technique, juridique et en matière de vie privée sera embauchée selon les besoins, au fil de l’évolution du Projet.

Comité consultatif technique (CTT) du Projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante

Le Comité directeur du Projet de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante a mis sur pied un Comité consultatif technique (CCT) pour la plateforme nationale d’échange de données étudiantes. Bien que le groupe ait terminé son travail en juin 2019, ses membres demeurent disponibles à mesure de l’avancement du projet. Les membres du Comité ont fourni leur appui et leurs conseils en lien avec les aspects techniques du dossier d’analyse et de la demande de propositions pour une solution nationale d’échange de données. Les activités du comité étaient régies par un mandat officiel. Les rencontres du groupe ont eu lieu toutes les trois ou quatre semaines au cours de l’hiver et du printemps et de l’été 2019. Le président et le vice-président du Comité étaient Brian Stewart, Co-DPI, University of Alberta, et Alex Ferworn, professeur, Ryerson University

Le Comité est formé de pdfreprésentants d’organisations ou d’établissements d’enseignement supérieur qui répondent aux critères suivants : 

  • Représenter un établissement ou une organisation ayant donné son appui formel au projet national; 
  • Ne pas représenter un établissement ou une organisation qui prétendrait participer au processus de demande de propositions pour une solution nationale d’échange de données; 
  • Possèder une expertise en échange de données ou en gestion de l’identité en lien avec l’échange de données étudiantes; 
  • Avoir l’appui de leur direction pour participer au projet.

 ** NOUVEAU Sous-comité du Projet**

Le Comité de révision du projet de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue

C’est avec grand plaisir que le Comité directeur du projet annonce la mise sur pied d’un nouveau sous-comité de révision national pour seconder le travail du Comité directeur du projet. Ce sous-comité est coprésidé par Charmaine Hack (Registraire, Ryerson University; ancienne présidente de l’ARUCC; présidente du Comité directeur du projet) et par Brian Stewart (DPI adjoint, University of Alberta; membre du Comité directeur du projet; président du CUCCIO). Le sous-comité comprend des dirigeants de partout au Canada dont l’expertise couvre de nombreux domaines dont les acquisitions, les processus d’affaires des bureaux de registraires, la conception de systèmes informatiques, l’architecture de données, la confidentialité des données, la gestion des identités, les ententes de service et les garanties, les licences, et plus encore. Les dirigeants de l’ARUCC sont représentés de façon formelle tant sur le Comité directeur que sur le Comité de révision.

Des questions à propos de la gouvernance du projet national?

Communiquez avec Joanne Duklas, Consultante principale (Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

 

Consultations et mises à jour

Maintenir la communauté canadienne de l’enseignement supérieur informée et engagée

L’ARUCC a consulté plus de 200 organisations canadiennes et internationales, y compris des centres de demande d’admission, des fournisseurs de solutions d’échange de données, des conseils sur les admissions, l’articulation et les transferts, des instances gouvernementales, des établissements postsecondaires, des organisations alliées, des organismes de réglementation et d’autres, pour approfondir sa compréhension des écarts et des possibilités, tout en obtenant des conseils et des appuis pour la phase subséquente du projet. En réponse à une Demande de renseignements aux fins de recherche destinée à appuyer ces travaux, 16 réponses officielles ont été reçues. Deux projets de recherche financés par le Conseil pour l’articulation et le transfert – Ontario (CATON) et le British Columbia Council on Admissions and Transfer (BCCAT) sont venus appuyer un sondage national bilingue et des consultations poussées lors de rencontres régionales et d’entrevues avec plus de 250 experts en enseignement supérieur au Canada. La direction et la consultante principale du projet continuent d’organiser des présentations nationales et internationales, des webinaires et des sessions d’échanges de commentaires avec des établissements et des organisations à travers le Canada et au-delà de ses frontières, afin que le projet continue de répondre aux besoins de la communauté canadienne de l’enseignement supérieur.

Entretenir nos liens avec la communauté canadienne de l’enseignement supérieur demeure une priorité, alors que la direction du projet cherche à acquérir une compréhension des écarts qui repose sur des données probantes, des pratiques prometteuses et des possibilités adaptées pour le Canada et à concevoir un réseau national d’échange de données étudiantes.

Le point sur les efforts au sein de la communauté

 pdfLancement site web - Visitez le nouveau site en ligne

pdfLe point sur le Projet de Groningue de l’ARUCC - février 2020 **NOUVEAU**

pdfFinancement de démarrage du Projet du réseau national de l’ARUCC – Exercice 2019-2020 **NOUVEAU**

Le point: Demande de propositions et pilotes pour le Réseau national ** NOUVEAU **

L’ARUCC et ses partenaires, le CPCAT, CUCCIO, et CanPESC continuent de coordonner le processus de Demande de propositions du Réseau national d’échange de données étudiantes pour le Projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante.

Le Projet est dirigé par un Comité directeur national qui comprend des représentants de chacune des organisations partenaires et qui est avalisé et soutenu par de nombreux établissements, associations et centres d’admission de partout au pays.

La Demande de propositions était ouverte aux soumissionnaires sur le site de MERX pendant deux mois, soit du 22 novembre 2019 au 20 janvier 2020. Nous passons maintenant aux prochaines étapes, notamment à l’évaluation des propositions et à la mise en place des pilotes. En raison de la complexité et de l’envergure nationale du projet, la direction prévoit que le gros des efforts aura lieu pendant l’année en cours. Un comité national de révision est chargé de l’évaluation des propositions. Ce groupe comprend des experts de divers domaines tels que l’architecture des données, les technologies de remplacement, les données étudiantes et les systèmes de demandes d’admission, les formats et les normes en matière d’échange de données, la confidentialité, la sécurité et la gouvernance des données, les processus de paiements, le respect des lois, le financement, les politiques et pratiques des bureaux de registraires, et plus encore. Des centres de demandes d’admission provinciaux et des établissements d’enseignement postsecondaire canadiens font également partie des participants actifs. Étant donnée la complexité du projet, le soutien et l’expertise en approvisionnement ont généreusement été offerts par Ryerson University, sous forme de contribution en nature.

C’est avec plaisir que la direction du projet envisage de tenir la communauté au courant des progrès, au fur et à mesure que le projet avance, et de vous informer des présentations et des ateliers prévus lors de la prochaine rencontre du Groningen Declaration Network en avril et lors des conférences de l’ARUCC et du CPCAT en juin.

Demande de propositions : Projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante ** Le dépôt des propositions est clos depuis le 20 janvier 2020 **

L’ARUCC et ses partenaires, le CPCAT, CUCCIO, et CanPESC, sont heureux d’annoncer le lancement de la Demande de propositions pour le Réseau national d’échange de données étudiantes pour le Projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante. Les parties intéressées sont invitées à prendre connaissance de la Demande de propositions publiée uniquement sur le site de Merx (merx.com). Les soumissions et les communications doivent respecter les directives détaillées indiquées à même la documentation de la Demande de propositions. 

Publication d'une étude sur la Colombie-Britannique (en anglais seulement) ** NOUVEAU **

Présentation de l'ARUCC au Sommet international de données du Conseil de normalisation électronique postsecondaire (PESC) de l'automne 2019 - En anglais seulement

pdfLe point sur le Projet de Groningue de l’ARUCC – automne 2019

pdf Structure de gouvernance du nouveau réseau national d’échange de données - Résumé des conclusions thématiques à la suite des consultations auprès de la communauté de l’enseignement supérieur – octobre 2019

pdfPrésentation - gouvernance mai 2019 (vidéo webinaire)

pdfOptions gouvernance nouvelle entité mai 2019

pdfCommuniqué Initiative Chaine de blocs (Blockchain)

Information - Chaine de blocs (Blockchain) ... anglais seulement

pdfLe point sur le Projet de Groningue de l'ARUCC - avril 2019

Présentation en plénière à la réunion internationale du réseau de la Déclaration de Groningue à Puebla, au Mexique (anglais seulement)

Présentation d'une session d'atelier à la réunion internationale du réseau de la Déclaration de Groningue à Puebla, au Mexique (anglais seulement)

GDN 2019 Session presenters 2019 C Hack R Vadivel J Green R Fleming

 Le Groupe de travail de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue à l’oeuvre à Groningue, en 2018!
De gauche à droite : Charmaine Hack, Romesh Vadivel, Julie Green, Dr. Rob Fleming

Mise à jour historique

pdfSéance de consultation en français seulement - 30 novembre 2018

pdfLe point sur le Projet de Groningue de l'ARUCC - octobre 2018

pdfPrésentation pour le CMEC - 5 octobre 2018

pdfDemande de financement provisoire en appui au Projet de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante

Présentation de l'ARUCC CPCAT - Prèmiere partie (anglais seulement) - juin 2018

Présentation de l'ARUCC CPCAT - Deuxième partie (anglais seulement) - juin 2018

Présentation de CanHEIT (anglais seulement) - juin 2018

Document d’information  - Projet de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante

pdfRésumé du projet hiver 2018

pdfNote d'information à l'intention des cadres supérieurs hiver 2018

pdfDemande de renseignements aux fins de recherche  

pdfBulletin de juin 2017

pdfRésumé du projet Automne 2017

pdfPrésentation

pdfSommaire des organismes contactés

 

L’ARUCC est sur le point de faire progresser l’initiative à la phase suivante.

Groningen Team 2018

Le Groupe de travail de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue à l’oeuvre à Groningue, en 2018!
De gauche à droite : Romesh Vadivel, Joanne Duklas, Charmaine Hack, Dr. Rob Fleming

 

Groningen Conference 2017 Charmaine Hack Andrew Arida and Romesh Vadivel


Le Groupe de travail de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue à l’oeuvre à Groningue, en 2017!
De gauche à droite : Andrew Arida, Charmaine Hack, Romesh Vadivel
 

Projets d’échange de données du CATON et du BCCAT

logo arucc oncat bccat

SURVOL

L’ARUCC a dirigé deux projets de recherche en matière d’échange de données, lesquels viennent compléter le projet national de l’ARUCC sur la déclaration de Groningue et la mobilité étudiante.

  1. Favoriser le transfert des étudiantes et étudiants grâce à la mobilité des données – un accent sur l’Ontario : ce projet a été financé par le CATON et a reçu l’appui du Comité des registraires et agent(e)s d’admission et de liaison (CRALO) des collèges de l’Ontario et par l’Association des registraires des universités de l’Ontario (OURA).
  2. Favoriser le transfert des étudiantes et étudiants grâce à la mobilité des données – un accent sur la Colombie-Britannique : ce projet a été financé par le British Columbia Council on Admissions and Transfer (BCCAT) et a été mené en partenariat avec l’Université de Victoria.

Statut actuel

La recherche est maintenant terminée.

Rapport BCCAT (anglais seulement)

Rapport ONCAT - publication en attente

Objectifs de la recherche

Les objectifs de recherche des deux projets étaient : 

(i) d’identifier l’état actuel et le niveau de préparation en vue d’un échange de données étudiantes; et

(ii) de recueillir les conseils d’experts en matière de changements à apporter aux politiques et à l’infrastructure, tant à l’échelon local qu’au niveau des systèmes, pour faciliter le changement.

Questions explorées dans le cadre de la recherche

Les projets de recherche ont exploré les questions suivantes :

  1. Quel est l’état actuel de la capacité des systèmes de gestion de l’information des établissements postsecondaires en matière d’échange et de partage de données étudiantes au niveau des dossiers individuels? Quels sont les écarts?
  2. Quels conseils les experts des bureaux de registraires du postsecondaire et des organisations connexes – y compris le BCCAT, EducationPlannerBC, le CATON, l’OUAC, OCAS et d’autres – pourraient-ils nous donner en vue d’améliorer les capacités des établissements et leur ouverture aux changements relatifs à l’échange de données, de sorte à faciliter les transferts?
  3. Quels sont les meilleurs exemples à suivre pour préparer le changement et améliorer les capacités des systèmes?
  4. En quoi les étudiantes et étudiants et les établissements postsecondaires pourraient-ils tirer profit d’une participation à un réseau national d’échange de données? Qu’est-ce que cela pourrait engendrer comme possibilités pour l’avancement et l’automatisation des transferts entre les établissements postsecondaires et les organisations connexes?
  5. Qu’est-ce qui est nécessaire, au chapitre des établissements et des provinces, pour favoriser l’échange de données étudiantes individuelles à l’échelle nationale?

Approche préconisée

L’approche de recherche des deux projets – celui du CATON et celui du BCCAT – comprenait une analyse documentaire et une enquête nationale. Les deux projets incluaient également la tenue de réunions de consultation avec les représentants d’établissements et d’organisations connexes dans chaque province. Au total, plus de 250 personnes ont été interrogées dans le cadre de ces projets. Des renseignements additionnels à propos de chaque projet sont accessibles ci-dessous. (Note : les documents qui suivent comprennent des données antérieures.)

pdfProjet du BCCAT 

pdfProjet du CATON 

Enquête nationale –  Le sondage a pris fin en décembre 2018

L’enquête nationale visait à doter les projets de l’ARUCC, du BCCAT et du CATON d’une compréhension actuelle des pratiques et des perspectives au chapitre des capacités institutionnelles et organisationnelles en matière d’échange de données. 

Les responsables des trois projets se sont entendus pour utiliser un seul questionnaire de sondage afin de s’assurer que les résultats soient équitablement pertinents à chaque projet. Une telle approche a été jugée adéquate, compte tenu qu’elle permettait de maximiser la participation et de minimiser les efforts des établissements et des organisations connexes. 

pdfRenseignements de base sur l’enquête

Contexte général

Le projet national de l’ARUCC, mené en partenariat avec le CPCAT, le CUCCIO et CanPESC, vise la création d’un réseau novateur, fiable et national d’échange de données étudiantes, afin de faciliter les transferts et la mobilité. Il s’harmonise directement avec la nécessité d’éliminer les obstacles systémiques qui entravent la fluidité des transferts à la grandeur du Canada et de la planète. Les approbations en faveur de ce projet proviennent d’établissements postsecondaires et d’organisations provinciales et nationales de partout au Canada. Les deux projets provinciaux ont élargi les efforts de consultation et de recherche, et servi à approfondir la connaissance des contextes provinciaux au sein de deux régions hautement complexes et très vastes. Le financement fourni par le BCCAT et le CATON aura permis la tenue des travaux d’analyse spécifiques à chaque province.

Les trois projets visent des objectifs plus larges, compte tenu de l’accent mis sur la numérisation et l’échange de données, y compris la création d’un écosystème d’échange de données « Fait pour le Canada » qui vise l’élimination des fraudes documentaires, l’amélioration des pratiques de reconnaissance des titres et la facilitation de la transition des étudiantes et étudiants vers d’autres établissements et vers un futur emploi. Ces initiatives visent également l’atteinte d’autres objectifs, notamment ceux de l’étude du Centre d'études en politiques internationales de l’Université d'Ottawa et de l’École Munk des Affaires internationales de l’Université de Toronto. Sur le plan international, la présente proposition s’aligne sur la Convention de Lisbonne et l’organisation du Réseau de la déclaration de Groningue, lesquels visent l’amélioration des transferts étudiants par l’entremise d’un échange de données et d’une reconnaissance améliorée des études postsecondaires antérieures.

Leadership du projet

Bailleurs de fonds du projet : ARUCC, CATON (pour le projet de l’Ontario), BCCAT (pour le projet de la C.-B.)

Partenaires du CATON : le CRALO et l’OURA

Partenaires du BCCAT : l’Université de Victoria

Chercheuse principale : Joanne Duklas, Duklas Cornerstone Consulting

Questions 

Pour toute question à propos de l’enquête ou des projets, veuillez communiquer avec Charmaine Hack (Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et à Joanne Duklas (Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

L'initiative de Groningue

Le réseau de la déclaration de Groningue est une organisation internationale qui « … recherche un terrain d’entente afin de répondre le mieux possible aux besoins de mobilité d’études et de mobilité professionnelle des citoyennes et citoyens du monde entier, en réunissant les principales parties prenantes au sein de l’écosystème des données numériques étudiantes. »

La Déclaration de Groningue a comme objectif principal de créer un cadre pour améliorer la mobilité internationale des personnes, en promouvant l’éducation et le développement économique à la grandeur de la planète par le biais d’un échange électronique sécuritaire des données sur les étudiantes et étudiants du niveau postsecondaire. C’est en 2015 que l’ARUCC est devenue signataire des principes de la déclaration de Groningue.

Vidéo promotionnelle de la déclaration de Groningue

Avec la permission de Herman de Leeuw, Groningue Network Foundation (disponible en anglais seulement)